mardi 21 mars 2017

40 ans du Centre POMPIDOU


 Men at work
 Vue sur la Défense

 Vue sur la Tour Eiffel

Vue sur la Tour St Jacques et la Tour Montparnasse


"100 Pages bllanches" par Cyril MASSAROTTO

Si vous héritiez d'un étrange carnet vierge ? C'est ce qui arrive à notre héros. Je ne peux pas en dévoiler davantage mais l'intrigue fait réfléchir à notre propre vie et à nos choix. À lire ! Je vais m'acheter le dernier Cyril Massarotto qui m'attend dans ma librairie favorite ! 

Quelques extraits qui m'ont touchée :
"Un parent qui nous aime, c'est comme un sourire attendri qui plane au dessus de nos têtes ; quand on va mal, il suffit de lever les yeux pour être réchauffé à l'intérieur. "

"Je me sens coupable d'une chose dont je ne suis pas responsable. C'est la pire des culpabilités."

"La traversée du bourg me laisse pantois. J'ai l'impression que tout est mort ici. Je n'ai pas croisé un seul habitant, pas aperçu le moindre commerce. Que du gris. Mais pas le gris comme chez moi, non, pas un gris de pollution, d'agitation, de voitures, pas un gris qu'on oublie parce qu'on a trop de choses à faire, et pas le temps de le voir. Non, ici, le gris est celui de l'âge, du temps qui a passé, de ceux que l'on a oubliés, celui que l'on ne peut que voir parce qu'il n'y a rien d'autre. Ce n'est pas un gris de mort, c'est pire : c'est un gris de non-vie. "

"Je n'étais pas très à l'aise, en fait je n'ai jamais été doué pour les au revoir. Je me suis retourné pour la regarder quand la voiture a démarré. J'espère qu'elle a vu dans mes yeux ce que j'étais incapable de lui dire. Je crois que oui."

"Je tenterai seulement, jour après jour, de léguer à mes enfants tout ce que grand-père m'a laissé : un héritage de sentiments."


vendredi 3 mars 2017

"Le Ciel tout autour" d'Amanda EYRE WARD


Je l'avais déjà lu il y a quelques années et puis j'ai oublié ! J'ai cette faculté !! :D

C'est l'histoire de 3 femmes dont le destin est lié. L'une d'entre elle a 29 ans et est dans le couloir de la mort depuis 5 ans.

Un roman troublant sur le pardon, la peine de mort et le destin. J'ai beaucoup aimé ! Tellement que je me demande comment j'ai pu l'oublier. Certainement pas le bon moment de le lire alors. 

Quelques morceaux choisis :
" Karen est dans le Couloir de la Mort depuis cinq ans. Chaque heure qui passe ressemble à la précédente. Elles connaissent toutes la date de leur exécution, et l’ordre dans lequel elles sont censées mourir : Jackie, Karen, Veronica, Tiffany, Sharleen. Mais aucune n’est morte encore, donc elles sont sauves. Elles se sont habituées au rythme lent et répétitif de leurs journées. Demain matin, si Jackie est emmenée, revêtue de sa robe rouge, et exécutée – oui, si Jackie est emmenée, elles le seront toutes. Et Karen sera la prochaine."

"Pour survivre à l’enfermement, il faut oublier le monde extérieur, la pluie sur la peau, le plaisir de conduire une voiture où bon vous semble. Trouver quelqu’un à aimer à l’intérieur des murs, cesser d’attendre qu’on appelle votre nom les jours de visite. C’est facile, d’une certaine façon, un peu comme sombrer dans des sables mouvants ou dans la tristesse. Il suffit de lâcher prise. "

"Le pire, ce sont les yeux. Quoi qu’il arrive, ne les regardez jamais dans les yeux quand ils s’en vont. "

"Le problème, dans mon équation, c'est que si Karen Lowens meurt, je ne gagnerai rien. Est-ce que tout prendra fin à ce moment-là ? Serai-je capable de commencer une nouvelle vie, de fonder un foyer heureux, rempli de bébés et de packs de jus de fruits ? En quoi sa mort pourrait-elle me libérer ? "

À l'ombre des cerisiers en fleurs

Quelque part au Pays Basque...